Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 27 février 2009

Alerte Rouge!!!

Image_blog4.jpgRarement les Gallois ont été à ce point favoris en débarquant à Paris. Au point que certains estiment que la mission du XV de France relève de l'impossible, ce soir. N'en fait-on pas un peu trop? Côté français, si le XV du Poireau inspire le respect, voire la crainte, on est loin de partir battus.
Dire qu'il y a quelques années, Clive Woodward, Sir Clive Woodward en personne, avait plaidé pour la dislocation du Tournoi des 6 Nations. L'argument du patron de l'Angleterre sacrée championne du monde en 2003? Le fossé qui se creusait alors entre le XV de la Rose et la France d'une part, et le reste de l'élite européenne de l'autre. Italiens, Ecossais, Irlandais et Gallois étaient accusés de tirer Anglais et Français vers le bas. Aujourd'hui, la supplique "woodwardienne" parait bien en décalage avec la réalité du moment. Depuis deux saisons, les Bleus pataugent et la Rose patine. Le pays de Galles, lui, est (re)devenu la référence, en termes de jeu comme de résultats. Auteur du Grand Chelem l'an dernier, le XV du Poireau reste sur huit victoires consécutives dans le Tournoi, dont il est l'indiscutable favori.

Au point que le XV de France est dans ses petits souliers à l'heure d'accueillir les Diables Rouges à Saint-Denis. Jamais, au cours de ces 30 dernières années, les Bleus n'avaient été à ce point en position d'outsiders avant un match à domicile contre les Gallois. L'assurance galloise, conjuguée aux incertitudes tricolores, expliquent cet état de fait. Marc Lièvremont ne s'en offusque pas. "Ça se justifie un peu à travers leurs performances, estime le sélectionneur. Ils ont une continuité dans leur jeu assez impressionnante depuis un an. Et sur la forme du moment, ils restent sur deux victoires assez probantes, alors que nos deux prestations ont été plus inégales."

Barcella: "Pas de complexe à faire"

Comme leur coach, les joueurs français admettent leur statut de "petit", à l'image du dernier arrivé à Marcoussis, Mathieu Bastareaud. "Le jeu gallois va très vite, note le centre parisien. Ils mettent de l'intensité dans toutes les zones du terrain. Ce qu'ils font n'est pas très compliqué en soi, mais ils le font bien et c'est toujours efficace. Puis le retour de Shane Williams va leur donner une confiance supplémentaire." "C'est normal de les craindre, ajoute le capitaine Lionel Nallet. Quand on voit ce qu'ils proposent en ce moment, il n'y a pas mieux en Europe. Leurs résultats parlent pour eux, leur jeu aussi. Ce n'est pas encore notre cas."

Mais n'en fait-on pas un peu trop avec ces Gallois? Certes, ils sont forts. D'accord, ils seront favoris vendredi soir. Mais depuis quelques jours, on a le sentiment que défier les Rouges au Stade de France est une mission plus compliquée que d'aller jouer les Blacks à l'Eden Park. La presse britannique annonce d'ailleurs une victoire certaine des Rouges au Stade de France. Dans le camp français, si la crainte est réelle, certains trouvent qu'il ne faut pas non plus exagérer. Clément Poitrenaud est le premier à être monté au créneau dans ce registre cette semaine. "Franchement, lance l'arrière toulousain, on les respecte, on les redoute même, mais je ne vois pas pourquoi on serait terrorisé." "Ils ont des défauts, comme tout le monde et il y a des solutions à trouver ", renchérit Nallet. Un avis partagé par le pilier Fabien Barcella: "je ne crois pas qu'il y ait de raison de faire des complexes. En France, on tombe vite dans les extrêmes. On gagne deux matches et on prend tout le monde de haut. On en perd un et on est minables."

Il y a du bon sens dans les propos du Biarrot. Il y a aussi une réalité. Tout, absolument tout, tend vers une victoire galloise: expérience, talent, confiance, collectif, le XV rouge est actuellement supérieur sur tous ces plans à son homologue bleu. Même les circonstances lui sont favorables, avec cette journée de Top 14 si mal venue le week-end dernier, pendant que les Gallois se reposaient et regardaient nos internationaux s'étriper. Et si, finalement, ce côté "mission impossible" s'avérait être le meilleur argument français? Warren Gatland, le sélectionneur gallois, s'est d'ailleurs échiné toute la semaine à mettre ses troupes en garde.

Mais cet improbable atout n'enchante pas Marc Lièvremont. "Franchement, je préfèrerais qu'on soit favoris chez nous. Je sais bien que la France a souvent réussi de grands exploits quand personne ne l'attendait. On me parle du quart de finale contre les Blacks. Mais dans ce rugby moderne, si on est cartésien, on doit se rendre compte que ce genre d'exploit ne pourra pas se reproduire éternellement ". Lièvremont a raison. La logique donne le pays de Galles vainqueur. Finalement, c'est peut-être autant le contexte, si défavorable, et les faiblesses françaises, plus encore que les qualités galloises, si grandes soient-elles, qui incitent à faire de la montagne rouge un obstacle infranchissable.

13:54 Publié dans 6 Nations 2009 | Commentaires (0) |

mardi, 24 février 2009

Sélection Montbazinoise contre Mauguio

Image_demidemelee.JPGVoici la liste des joueurs (sûr) pour la rencontre de ce mardi 24 février, contre les Ducs de la Motte.

Avants:

Thierry, Rodolphe, Philippe, Daniel, Jean-Marc, Eric, Stéphane, Lionel.

Arrières:

Thierry, David, Christophe, Germain, Pascal, Guillaume, Cyril, Lionel, Aurélien, Jérome, mathieu.

Blessés:

Yohan, Alexandre, Pascal, Denis, Guillaume, Frédéric, Yann.

Pour information, le match se déroulera sur notre terrain d'entraînement, et nous jouerons avec nos maillots jaune.

samedi, 21 février 2009

TOP 14: 17eme journée, Montauban avec le coeur

Imageblog3.jpgAu prix d'une grosse fin de match, Montauban s'est imposé à Sapiac face à Montpellier (27-19), un concurrent direct pour l'Europe. Le MHRC, malgré ses trois essais, n'a même pas le bonus défensif pour se consoler.

La supériorité numérique aura joué un rôle majeur dans cette rencontre. Tour à tour, les deux équipes se sont retrouvées à 14 et ont dû subir les assauts adverses. Dans le premier acte, un plaquage cathédrale de Caballero remettait Montpellier dans la partie. Menés de neufs points après un drop et deux pénalités de Fortassin qui sanctionnait une certaine domination des résidents de Sapiac, les Héraultais investissaient le camp des locaux et franchissaient pas deux fois leur en-but. Le premier par l'ouvreur international Trinh-Duc qui profitait d'un magnifique travail de son demi de mêlée Tomas. A peine trois minutes plus tard, ce dernier allait à dame après un slalom de Trinh-Duc qui lui rendait la pareille. En l'espace de cinq minutes, Montpellier passait devant et prouvait qu'il était venu avec de réelles ambitions de victoires, même si le début de partie fut laborieux avec notamment trois échecs au pied de leur demi d'ouverture.

L'exploit d'Audrin

Malmené, Montauban ne tardait pas à réagir. Sur une attaque des visiteurs, Doumayrou échappait la balle. Audrin, l'ailier montalbanais, profitait de l'aubaine et accélérait sur plus de soixante mètres pour aplatir entre les perches. Un exploit personnel qui offrait toutefois un avantage de courte durée au tableau d'affichage. Après un coup de pied à suivre de Sarraméa, servi idéalement par Brana, Trinh-Duc prenait ses jambes à son cou et semait toute la défense adverse pour marquer en coin. Un essai validé par l'arbitre alors que les ralentis montraient que le numéro dix montpelliérain avait commis un en-avant. Un coup dur qui affectait les hommes du duo Travers-Labit. Ces derniers attendaient dix longues minutes avant de retrouver leurs esprits. Le carton jaune infligé à Gorgodze allait changer le cours du match.

Voyage à vide

Cette infériorité numérique allait se payer cash. Sur une attaque au large, Audrin, insaisissable, fixait pour servir à hauteur Paku. L'ailier néo-zélandais mettait fin aux espoirs de victoire des Héraultais en pointant en coin. Pire le point de bonus défensif s'envolait pour le MHRC après une pénalité de Fortassin, le pilier Thiart s'étant montré trop virulent sur un déblayage. 27-19, score final. Montauban assure son maintien et peut désormais entrevoir l'objectif d'une nouvelle qualification en Coupe d'Europe. Montpellier, pour sa part, rentre sur les bords de la Méditerranée avec les valises vides de points. Un coup dur tant les coéquipiers de Picamoles, très tranchant dans la cuvette de Sapiac, ont montraient de belle velléités offensives avec trois essais inscrits. Des efforts non récompensés qui laissent Montpellier dans le ventre mou.

18:51 Publié dans TOP 14 saison 2008-2009 | Commentaires (0) |

jeudi, 19 février 2009

Des nouvelles de Guillaume.

Guillaume PY.jpgJe sais que cela va vous faire plaisir d'avoir de ses nouvelles. Encore mardi à l'entraînement vous m'en avez demandé.

Et bien, pour tout vous dire, c'est pas la joie.

Apres l'épisode genou, un mal de dos c'est installé, Guillaume a cru que c'était du aux positions vicieuses dues au genou mais l'imagerie est formelle :canal lombaire étroit qu'il a du décompenser suite à la hernie discale.
Il ne peux pas courir 2 mètres et se tenir debout longtemps devient difficile. Guillaume va retourner voir le neurochirurgien bientot pour envisager la suite. Il a pris un coup au moral à l'annonce du diagnostic, l'avancement de cette pathologie n'est pas tres bon.

Il va essayer de venir mardi prochain nous voir jouer, alors je compte sur nous tous pour lui remonter le moral.

Le Président

13:00 Publié dans Actualités | Commentaires (0) |

mercredi, 18 février 2009

GSM-Italcementi Group : Nouveau sponsor Short et bas

SponsorGSM.jpgComme je vous l'avais annoncé lors de l'Assemblée Générale, la société GSM - Italcementi Group, nous a gracieusement offert pour la saison 2008-2009, les shorts et les bas pour l'ensemble des joueurs.

En qualité de Président, et au nom de tous les adhérents, je tiens à remercier vivement la société GSM - Italcementi Group pour ce nouveau partenariat avec le club de rugby de Montbazin. Partenariat que nous souhaitons péréniser sur les années à venir.

Je tenais à remercier particulièrement notre ami Denis MEYER, nouveau membre du bureau des Forçats de la Vène, qui a traité ce dossier de partenariat pour la saison 2008-2009 avec brio.

Nous allons organiser une cérémonie de remerciement autour d'un apéritif avec nos partenaires dans les jours à venir. Nous en profiterons pour faire venir notre correspondant Midi Libre afin de faire un article sur l'événement mais aussi de communiquer sur notre actualité. Je compte sur vous pour l'organisation de cette cérémonie et sur vos idées.

Le Président

14:00 Publié dans Actualités | Commentaires (0) |

Rémi Gaillard et le rugby...

11:39 Publié dans Vidéo de rugby | Commentaires (0) |

mardi, 17 février 2009

Le rugby de clocher...

17:13 Publié dans Vidéo de rugby | Commentaires (1) |

Ibanez range les crampons

Ibanez.jpgL'ancien capitaine du XV de France Raphaël Ibanez, vient d'annoncer, alors qu'il fête aujourd'hui ses 36 ans, la fin de sa carrière pour cause de blessures à répétition. Sous contrat avec les Wasps de Londres, il n'avait plus joué depuis le 23 novembre dernier.

Ce n'est sans doute pas une coïncidence. Le jour de ses 36 ans, un peu moins de trois mois après son dernier match, Raphaël Ibanez a décidé d'officialiser sa sortie. L'ancien capitaine du XV de France n'avait plus foulé les pelouses depuis le 23 novembre et un match contre Sale, avec son équipe des Wasps de Londres. Après plusieurs commotions et chocs à la tête, il a décidé, sans doute à juste titre, qu'il serait plus sage de s'arrêter. "Nous sommes tombés d'accord pour dire qu'afin d'éviter une grave blessure, il était temps pour moi d'arrêter de jouer. J'ai tout essayé pour revenir, mais c'est tout simplement trop risqué", a avoué le Landais.

Formé à Dax, Raphael Ibanez a également porté les couleurs de Perpignan, Castres et des Saracens de Londres avant de rejoindre les Wasps en 2005. Un dernier défi que s'était lancé celui qui n'avait jamais réussi à devenir champion de France. Sa traversée de la Manche s'est avérée être un succès avec un titre de champion d'Europe (2007) et un titre national (2008). En début de saison, ses bonnes prestations toujours régulières, ainsi que ses qualités de meneur d'hommes, en avaient fait le capitaine des Londoniens après la retraite de l'emblématique troisième ligne Lawrence Dallaglio.

Sorti de sa retraite par Laporte

Des qualités qui lui valurent également d'être intronisé dès 1998 capitaine des Bleus par le tandem Villepreux-Skrela, à seulement 24 ans. Il ne compte alors que 6 sélections, dont 4 comme remplaçant. Il mène le XV de France au Grand Chelem la même année puis en finale de la Coupe du monde 1999, avec au passage, la victoire d'anthologie face à la Nouvelle-Zélande en demi-finale à Twickenham (43-31). Ecarté au départ par Bernard Laporte, il revient progressivement en grâce avant de devenir un élément de base du Grand Chelem 2002. L'année suivante, la France s'incline en demi-finale de la Coupe du monde australienne face au XV de la Rose.

Très déçu par cette élimination prématurée, Raphaël Ibanez annonce l'arrêt de sa carrière internationale. En Angleterre, il retrouve pourtant le très haut niveau et réintègre le XV de France au mois de novembre suivant, avec en tête la Coupe du monde 2007 en France. La quatrième place finale restera un échec pour ce joueur emblématique du XV de France. Entre ses débuts comme remplaçant face au pays de Galles en 1996 et le match pour la troisième place face à l'Argentine, Raphaël Ibanez a totalisé 98 sélections, le record pour un talonneur, dont 41 comme capitaine. Tout est dit.

17:00 Publié dans Actualités | Commentaires (0) |

lundi, 16 février 2009

Match contre les Ducs de la Motte

Match24022009.jpgComme vous le savez tous, nous jouons la semaine prochaine contre nos amis Melgoriens des ducs de la Motte.

Comme d'habitude, il me faut savoir le nombre de joueurs mais aussi le nombre de participants au repas d'après match. Etant donné que nous recevons, je vous propose d'organiser le repas d'après match au 7/Sète.

Vous pouvez confirmer votre présence en laissant un commentaire sur cet article, ou en m'envoyant un message à ma nouvelle adresse mail.

Votre Président préféré...

Bonne nouvelle pour Pascal...

Fracture.JPG...et pour les rugbymen vétérans!!!

Selon l'étude menée par le Dr Kim de l'université catholique de Séoul, l'injection de cellules osseuses au niveau d'une fracture permettrait une rémission plus rapide.

En injectant des cellules issues de la propre moelle osseuse des patients au niveau de la fracture dont ils souffrent, le temps de soudure complète de la fracture, et donc de guérison, est réduit. Le test clinique a été mené sur soixante-quatre patients souffrant de fractures des os longs des bras ou des jambes. Trente-et-un ont reçu des injections d'ostéoblastes, cellules du tissu osseux, les trente-trois autres ont subi un processus normal de guérison. Des mesures de la repousse osseuse ont été réalisées au bout du premier et du second mois. Une croissance osseuse plus rapide a été détectée chez les patients ayant reçu des injections.
Le Dr Kim affirme que cette méthode sans danger est la plus efficace pour ressouder les os. Les transplantations osseuses sont douloureuses tant physiquement que psychologiquement, mais aussi très coûteuses. L'injection de cellules ne nécessite qu'une légère anesthésie et pas de chirurgie. Les cellules peuvent être prélevées durant la chirurgie initiale de réduction, puis injectées deux mois après sans autre chirurgie nécessaire. De plus, les injections peuvent être appliquées à toutes les fractures et à tous les patients.

Allez Pascal, nous sommes tous avec toi. Et pour citer un joueur dont je ne divulguerai pas le nom disait:
"il ne va pas se plaindre, pour une fois qu'il a la cote"...

Stéphane

17:00 Publié dans Actualités | Commentaires (0) |